Mise à jour  : 27/05/2013
Accueil FAQ du béton Pourquoi du béton ? Les ponts en béton Les Grands Ouvrages Bétonnage par temps froid Calcul du béton armé Outils de calcul Download Définitions/lexique Applications iPhone Plan du site Commentaires & Flux Actualités Références : Contact Forum © 2009-2013 st-ds mentions légales
Calcul du béton armé Hypothèses et données pour le calcul du béton armé Calcul du béton armé Hypothèses et données pour le calcul du béton armé
  :

S.D.S Soft

Hypothèses de calcul
Hyp 1 : Hypothèse de Navier : Les sections droites restent planes après déformation;

Hyp 2 : il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures d’acier et le béton;

Hyp 3 : La résistance à la traction du béton est négligé à cause de la fissuration;

Hyp 4 : le diagramme contraintes-déformations du béton est celui défini ici ;

Hyp 5 : le diagramme contraintes-déformations de l’acier est celui défini ici ;

Hyp 6 : les positions que peut prendre le diagramme des déformations d’une section droite passent au moins par l’un des trois pivots définis voir « Règle des trois pivots » ;

Hyp 7 : On ne peut supposer concentrée en son centre de gravité la section d’un groupe de plusieurs barres, tendues ou comprimées, pourvu que l’erreur ainsi commise sur la déformation unitaire ne dépasse pas 15 %.
État- limite ultime de résistance
Les calculs sont conduits à partir des hypothèses suivantes, les sollicitations étant obtenues à l’aide de la combinaison d’action correspondant à l’état-limite ultime :
Hyp 1 : Hypothèse de Navier : Les sections droites restent planes après déformation;

Hyp 2 : il n’y a pas de glissement relatif entre les armatures d’acier et le béton;

Hyp 3 : l’acier et le béton sont considérés comme des matériaux élastiques linéaires et il est fait abstraction du retrait et du fluage du béton;

Hyp 4 : La résistance à la traction du béton est négligé à cause de la fissuration;

Hyp 5 : par convention, le rapport entre les coefficients d’élasticité longitudinale de l’acier et du béton, ou coefficient d’équivalence, est pris égal à n = Es/Eb = 15 voir « différences entre L’Eurocode 2 (EC2) et le BAEL »;

Hyp 6 : on ne déduit pas les aires d’acier de l’aire du béton comprimé; on suppose en outre que la section d’acier est concentrée en son centre de gravité, pourvu que l’erreur ainsi commise sur les déformations unitaires ne dépassent pas 15 %;
État- limite de service vis-à-vis de la durabilité de la structure
Les calculs sont conduits à partir des hypothèses suivantes, les sollicitations étant obtenues à l’aide de la combinaison d’action correspondant à l’état-limite de service :
État- limite de compression du béton
la contrainte de compression du béton doit être au plus égale à
État- limite d’ouverture des fissures


Cas où la fissuration est peu préjudiciable
Par exemple les éléments en cause sont situés dans des locaux couverts, clos, non soumis à des condensations, les parements susceptibles d’être fissurés ne sont pas visibles ou ne font pas l’objet de conditions spécifiques concernant l’ouverture des fissures.
Dans ce cas, aucune vérification particulière n’est requise en dehors des prescriptions exigées (condition de non-fragilité, prescription générales et disposition particulières à certains éléments).


Cas où la fissuration est préjudiciable
Par exemple lorsque les éléments en cause sont exposés aux intempéries où à des condensation, ou peuvent être alternativement émergés ou noyés en eau douce.

la contrainte de traction des armatures est limitée à


le diamètre des armature les plus proches des parois est au moins égal à 6 mm

des armatures de peau sont réparties et disposées parallèlement à la fibre moyenne des poutres de grande hauteur; leur section est d’au moins 3 cm² par mètre de longueur de parement mesurée perpendiculairement à leur direction;
une poutre est considére comme étant de grande hauteur si la hauteur ha de son âme vérifie :



Lorsque la membrure tendue d’une poutre est constituée de barres d’un diamètre supérieur à 20 mm, la distance horizontale entre axes de deux barres consécutives doit être inférieure ou égale à 4 fois leur diamètre;

dans le cas des dalles et des voiles faisant au plus 40 cm d’épaisseur, l’écartement des armatures d’une même nappe doit être inférieur ou égale à la plus petite des deux valeurs 25 cm et 2h, h étant l’épaisseur totale de l’élément.


Cas où la fissuration est très préjudiciable
Par exemple lorsque les éléments en cause sont exposés à un milieu agressif ou doivent assurer une étanchéité

la contrainte de traction des armatures est limitée à


le diamètre des armature les plus proches des parois est au moins égal à 8 mm

des armatures de peau sont réparties et disposées parallèlement à la fibre moyenne des poutres de grande hauteur; leur section est d’au moins 5 cm² par mètre de longueur de parement mesurée perpendiculairement à leur direction

Lorsque la membrure tendue d’une poutre est constituée de barres d’un diamètre supérieur à 20 mm, la distance horizontale entre axes de deux barres consécutives doit être inférieure ou égale à 3 fois leur diamètre;

dans le cas des dalles et des voiles faisant au plus 40 cm d’épaisseur, l’écartement des armatures d’une même nappe doit être inférieur ou égale à la plus petite des deux valeurs 20 cm et 1.5h, h étant l’épaisseur totale de l’élément.