Le
Béton
27/05/2013
Accueil FAQ du béton Pourquoi du béton ? Les ponts en béton Les Grands Ouvrages Bétonnage par temps froid Calcul du béton armé Outils de calcul Download Définitions/lexique Applications iPhone Plan du site Commentaires & Flux Actualités Références : Contact Forum Définitions/lexique E Définitions/lexique E © 2009 st-ds mentions légales
E/C : Rapport en poids de la quantité d'eau de gâchage et de ciment d'un béton.

eau de gâchage : Eau incorporée au mélange liant et granulats afin d'enclencher sa prise et de conférer au béton sa plasticité, donc son ouvrabilité. La qualité de l'eau de gâchage doit répondre à une norme.

efflorescence (du béton) : Défaut d'aspect affectant la peau des bétons, mortiers et enduits, qui consiste en l'apparition d'un dépôt cristallin souvent blanchâtre dû à la carbonatation de la chaux.

électrofiltre : Filtre électrostatique très répandu dans les cimenteries pour dépoussiérer les gaz de four ou de cheminée des broyeurs. Les particules en suspension dans les gaz chargées négativement par des fils tendus entre des plaques, sont attirées par les plaques du fait de la très forte différence de potentiel appliqué (50 à 100 kilovolts). La couche de poussière recueillie est collectée par frappage sur les plaques réceptrices. Après traversée de plusieurs chambre, les gaz sont dépoussiérés avec une efficacité pouvant atteindre quelques milligrammes de poussière par mètre cube. Les gaz doivent être conditionnés au préalable dans une tour de conditionnement. Voir tour de conditionnement.

État-limite : Un état-limite est un état dans lequel se trouve une structure ou un élément de structure, et tel que, s’il est dépassé dans le sens défavorable, cette structures ou cet élément ne répond plus aux fonctions pour lesquels il est conçu.

ELS : Etats-limites de service : Ils correspond à des critères dont le non respect ne permet pas à l’élément d’être exploité dans des conditions satisfaisantes, ou compromet sa durabilité.

Etat-limite de service de déformation : des déformations trop importante de l’ouvrage peuvent créer des désordres (fissuration de carrelages, de cloisons);

Etat-limite de service d’ouverture des fissures : la corrosion des armatures compromet la durabilité de l’ouvrage;

 Etat-limite de service vis-à-vis de la compression du béton : des désordres graves peuvent apparaître dans les éléments.

ELU : Etats-limites ultimes : Ils correspondent à ce que l’on entend généralement par la limite de résistance  mécanique au-delà de laquelle il y a ruine de l’ouvrage.

Etat-limite ultime de résistance : concerne la non rupture de l’ouvrage;

Etat-limite ultime de stabilité de forme : résister au risque de flambement;

Etat-limite ultime d’équilibre statique : concerne la stabilité de l’ouvrage ( par exemple le non basculement d’un ouvrage).

enduit : Revêtement superficiel (environ 2 cm pour les enduits traditionnels) constitué d'un mortier de ciment et/ou de chaux hydraulique, destiné à recouvrir une paroi, afin d'en homogénéiser la surface et de l'imperméabiliser. On distingue les enduits traditionnels (qui nécessitent trois couches), les bicouches, enfin les monocouches (à base de mortiers industriels et appliqués en deux passes).

enrobage des armatures : Épaisseur de béton (généralement de 2,5 à 4 cm en bâtiment) entre une armature et la peau de la paroi coulée, qui permet d'assurer la protection contre la corrosion du ferraillage.

ensacheuse : Dispositif automatisé de mise en sacs. En cimenterie sa capacité peut atteindre 5000 sacs par heure. L'ensemble en rotation est muni de becs (8 à 16) est alimenté en sacs vides par des bras ou par projection depuis une ou deux stations périphériques. Le silo central alimente les becs montés sur bascules de pesée. L'extraction automatique s'effectue au cours de la rotation; les sacs sont repris par bande qui alimente le dispositif de palettisation. Voir: palettisation.

entraîneur d'air : Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il provoque dans le béton ou le mortier la formation de microbulles d'air. Réparties uniformément dans le mélange, elles améliorent la résistance au gel du béton après son durcissement.

ES : sigle. Notation désignant des ciments utilisés pour les travaux en eaux à forte teneur en sulfates.

essai de contrôle : Essai, exécuté conformément à la norme NF P 18-404, ayant pour but de vérifier le respect des spécifications.

essai de convenance : Essai, exécuté conformément à la norme NF P 18-404, ayant pour but de vérifier qu'avec les moyens du chantier on peut réaliser le béton proposé. Il a également pour but de vérifier que les quantités de constituants prévues par mètre cube de béton donnent bien un mètre cube de béton en œuvre

essai d'étude : Essai exécuté en laboratoire, conformément à la norme NF P 18-404, avec les constituants susceptibles d'être utilisés sur le chantier, dans le but de vérifier l'aptitude de la composition à satisfaire les exigences.

étuvé (béton) : Béton dont on a accéléré la prise et le durcissement en le chauffant dans une ambiance humide (c'est l'étuvage). Ce procédé, généralement destiné à la fabrication d'éléments industrialisés, permet de réduire les délais de décoffrage.

exhausteur : Dispositif de tirage des gaz ou des fumées d'un appareil en dépression. Les exhausteurs sont utilisés en particulier pour aspirer les fumées des fours de cimenterie ou l'air de ventilation des broyeurs. Les dépressions peuvent atteindre 1000 mm de colonne d'eau.
A B C D E F G H I L M N & O P Q & R S & T & V