Le
Béton
27/05/2013
Accueil FAQ du béton Pourquoi du béton ? Les ponts en béton Les Grands Ouvrages Bétonnage par temps froid Calcul du béton armé Outils de calcul Download Définitions/lexique Applications iPhone Plan du site Commentaires & Flux Actualités Références : Contact Forum Définitions/lexique P Définitions/lexique P © 2009 st-ds mentions légales
A B C D E F G H I L M N & O P Q & R S & T & V
palettiseur : En cimenterie, dispositif automatisé de mise des sacs de 25,35 ou 50 Kgs sur palette d'environ 1500 Kgs par couches successives. La capacité peut atteindre le traitement de 4000 sacs heure.

parement : Face d'un élément de construction conçue pour rester apparente, qui peut faire l'objet de nombreux traitements mécaniques ou chimiques.

parpaing : voir bloc béton.

passant : (ou tamisat) ensemble de grains qui passe à travers le tamis ; ce qui est retenu est appelé "refus".

pâte de ciment : Mélange - dans des proportions définies par les normes (pâte pure) - de ciment et d'eau, réalisé pour différents essais relatifs aux caractéristiques du ciment.

PCI : Pouvoir Calorifique Inférieur : quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de 1 Kg du combustible, l'eau provenant de la combustion étant à l'état vapeur.
Elle se déduit du PCS du combustible par soustraction de la chaleur absorbée par la vaporisation de cette eau. Pour la plupart des combustibles PCS(en Kcal./kg)=PCI- 5400*%H où H représente la teneur en hydrogène du combustible.
Exemple : fuel lourd PCS = PCI - 200 en Kcal/Kg
Le PCI s'évalue en Kilocalories par kilogramme (ou thermies par tonne) et également en Kilojoules/ kilogramme.

PCS : Pouvoir Calorifique Supérieur : quantité de chaleur dégagée par la combustion complète de 1 Kg du combustible, l'eau provenant de la combustion étant condensée. Elle se mesure expérimentalement par la combustion d'une quantité donnée dans une bombe calorimétrique (quasiment adiabatique).
Le PCS s'évalue en Kilocalories par kilogramme (ou thermies par tonne) et également en Kilojoules/ kilogramme. Exemple : PCS = 9800 kcal/Kg ou 41018 kilojoules / Kg.

peau du béton : Surface externe d'un élément de construction, qui peut faire l'objet de nombreux traitements afin de modifier l'apparence du béton.

plan d'assurance qualité (PAQ) : Document, destiné au client, contenant les dispositions relatives à la qualité pour une fourniture ou l'exécution d'un chantier.

plan qualité (PQ) : Recueil, à usage interne à l'entreprise, de toutes les procédures mises en œuvre en application du Manuel Qualité.

plastifiant : Adjuvant. Introduit dans l'eau de gâchage, il améliore l'ouvrabilité d'un béton en diminuant les frottements entre les grains du mélange.

PM : Abréviation pour " prise mer ". Désignation normalisée de ciments pour les travaux réalisés en environnement marin.

poli (béton) : Béton dont la peau a subi, après durcissement, des meulages successifs de plus en plus fins, généralement suivis d'un bouchonnage et de l'application d'un produit de protection. Si l'on dépasse quatre passes, on parle de " poli marbrier ", qui permet l'obtention d'une surface parfaitement lisse et brillante.

politique qualité : Expression formalisée des intentions et des principes motivant les actions dans un organisme pour atteindre les objectifs qualité. Voir: système qualité.

pompage : Procédé d'acheminement du béton, poussé depuis une trémie d'alimentation vers le lieu de coulage, à travers des tubes. Il permet de parcourir des distances horizontales pouvant atteindre 400 m (voire 1,5 km) et des distances verticales de 100 m (voire 300 m).

porosité : Volume des vides d'une matière poreuse. On la mesure par un pourcentage rapportant le volume de pores emplis d'eau ou d'air par unité de volume du matériau.

poussières de filtre : Ces poussières fines, récupérées aux filtres des fours, sont réutilisées dans la fabrication du ciment, évitant ainsi les gaspillages de matière.

pouzzolane : Produit d'origine volcanique composé de silice, alumine et oxyde de fer qui sous forme de poudre fine est susceptible de se combiner à la chaux pour former des composés stables ayant des propriétés hydrauliques (durcissement sous l'eau).
Par extension désigne les matériaux naturels ou artificiels ayant la même propriété. Les pouzzolanes sont des constituants de certains types de ciments.

précalcinateur : Chambre de combustion disposée en pied de la tour de préchauffage alimenté en combustibles de tous types et en air de combustion chaud (750 à 900°C) provenant du refroidissement du clinker. Le précalcinateur peut apporter jusqu'à 55% de la chaleur nécessaire à la bonne marche du four. Voir: préchauffeur.

précalcination : Système permettant d'entamer la combustion avant l'entrée dans le four, et de réduire ainsi la quantité d'énergie nécessaire dans le four.

préchauffeur : Dans les fours de cimenterie: dispositif de chauffage de la matière (farine) jusqu'à 850°C puis de décarbonatation partielle se présentant
- soit sous forme de grille métallique mobile à plaques perforées garnie de granules de farine traversées deux fois par les fumées du four,
- soit sous forme de tour à 4 ou 5 étages de cyclones permettant d'échanger, à chaque étage, la chaleur avec les fumées du four circulaire. La farine progresse vers le bas d'étage en étage, les fumées remontent dans les cyclones successifs.

précontraint (béton) : Béton qui a subi une technique de précontrainte, mise au point dans les années trente par Eugène Freyssinet. Le béton est soumis à des contraintes de compression préalables à sa mise en service ; ces contraintes s'opposent à sa mise en traction éventuelle par les charges d'utilisation, en maintenant dans le béton un état de compression. La précontrainte, qui est pratiquée sur le site en génie civil et pour des éléments de construction de grande portée, peut être mise en œuvre par pré ou post-tension de câbles d'acier.

préfabrication : Réalisation de composants de construction hors de leur emplacement définitif, en usine ou sur un site à proximité de l'ouvrage. On peut préfabriquer en béton de nombreux composants de structure - poteaux, poutres, panneaux porteurs - ou d'enveloppe - panneaux de façade, bardages - ainsi que des éléments standardisés - blocs, poutrelles, prédalles, dalles alvéolées, tuiles - et enfin des pièces de voirie, d'assainissement ou de mobilier urbain.

préhomogénéisation : Opération pratiquée en cimenterie pour obtenir un pré-mélange des matières premières concassées avant broyage. Elle peut être effectuée en discontinu par lot (constitution d'un tas pendant quelques jours alors qu'un second est en reprise) ou en continu dans des halls circulaires (rotation simultanée et décalée du déchargement sur le tas et de la reprise).

presse à rouleaux : Dispositif d'écrasement de la matière entre deux rouleaux généralement placé en cimenterie avant un broyeur à boulets afin d'en améliorer le rendement. Voir : broyeur à boulets. prêt à l'emploi (béton) voir BPE.

prise : Début du développement de la résistance du béton, du mortier ou de la pâte de ciment. Elle est caractérisée par l'essai de prise (NF P 15-431, NF EN 196-3).

projeté (béton) : Béton propulsé, après malaxage par voie mouillée, ou par voie sèche, sur un support sous forme de jet, en couches successives. Il permet de réaliser les formes les plus complexes (dômes, coques, etc.). Il est également souvent utilisé dans les travaux souterrains.

pulvérulent : qualité d'un matériau sous forme de poudre fine